Notre Blog

LE CAMION ROULE , MAIS…

« Le Camion » roule vers les festivals, mais pas forcément vers la victoire ou les victoires du cinéma.

Il y a trois catégories de festival.

Film Fest Plateform, (où notre film est inscrit sur 10 villes de France)

Short films dépôt, (où le Camion est sur 7 villes)

Festival de Cannes, il y a aussi 2 compétitions par an : Les courts en compétition et short film corner au mois de mai. L’un est quasiment réservé au pro et l’autre à ceux qui payent.

FFCV, fédération français de cinéma où là, il y a 4 compétitions : régionale, interrégionale, nationale et internationale. Celui de « la jeune fille F… » est allé aux 4 rencontres.

Indépendants, (dans cette mouvance FFCV), il y 9 festivals indépendants, à Lille, Essonne, Cannes, Grenoble, Vercors, Perpignan, Lussac, Anglet, Mulhouse. (1 récompense sur 4 pour l’instant).

Autant dire que nous ne sommes pas seuls sur ces compétitions. A Clermont-Ferrant, la Mecque du court-métrage, il y avait 3000 films présentés cette année. Dans les autres festivals, c’est entre 600 et 1200 films en inscription.

La compétition FFCV est plus accessible pour nous. En région, il y a chaque année entre 12 et 20 films ; aux Inter entre 25 et 35 films ; en national entre 65 et 75 ; en international il y a 5 films par pays, donc très compliqué d’accès. Pour exemple, celui de « La jeune fille F… » est allé aux 4 rencontres mais en passant par le Luxembourg, car en France nous n’avons pas passé la barre nationale !

Étranger, les festivals dans les pays étrangers sont encore plus durs, Berlin ou Londres, 5 à 600 films sous-titrés. Nous y sommes allés et avons obtenu pour les docu-fictions « Les fantômes de la Grande Guerre » et « La jeune fille Française » la médaille d’argent.

Une aventure longue, c’est donc toujours une performance qui dure des mois et qui est nécessaire afin que les participants aux films tournés puissent être fiers du travail accompli, qu’ils soient techniciens, acteurs, figurants, co-producteur, une sorte de retour sur investissement.

Guy Gauthier

Et vous, qu'en pensez-vous ?